Jacques HAESAERT     





Jacques HAESAERT , passionné de médecine depuis l'enfance, étudia la naturopathie et les médecines naturelles, avant que sa quête d'absolu spirituel et médical ne l'amène en contact dès 1974 avec la philosophie bouddhiste tibétaine et la médecine de ce pays. Il devint un disciple du vénérable Lama THUBIEN YESHE qui l'encouragea dans l'étude de la médecine. Il séjourna ainsi de nombreuses années en Asie en particulier au Népal et à Dharamsala en Inde où il étudia plus spécialement avec la doctoresse AMA LOBSANG DOLMA. En 1981, Lama THUBIEN YESHE lui demanda de partager ses connaissances avec le monde occidental d'une façon adaptée aux besoins spécifiques de lieu et d'époque, c'est-à-dire en utilisant l'essence de la médecine tibétaine et en en éliminant tous les aspects folkloriques.

A l'heure où l'on parle beaucoup de médecine "holistique" sans avoir peut-être tous les moyens de la réaliser, la médecine tibétaine qui nous parvient en Occident s'avérera probablement comme indispensable à cette approche globale de l'être. Vieille de treize siècles, elle s'est transmise de façon ininterrompue de maître à disciples depuis le septième siècle, date à laquelle elle fut introduite au Tibet sous les auspices du roi SONG-TGEN-GOMPO. La préservation depuis cette date de toutes les écritures faisant autorité est le garant de la pureté de cette tradition unique à notre époque par sa richesse. Tirant son origine de la tradition bouddhiste indienne qui donna naissance aux fameux THÉRAPEUTES qui fleurissaient en Egypte au premier siècle après J.C., elle est donc le plus ancien système médical inaltéré de notre planète, si l'on considère que les autres médecines traditionnelles subsistantes (médecine chinoise et médecine ayurvédique indienne) furent interrompues dans leurs retransmissions et sont donc indubitablement assez dégénérées. A noter que les autres médecines (homéopathie, allopathie, etc.) ne sont pas des systèmes médicaux réels, mais plutôt des techniques médicales, ce qui ne retire d'ailleurs rien à leur valeur. La médecine tibétaine est donc étroitement reliée à la philosophie bouddhiste qui se caractérise par sa compréhension des phénomènes existentiels et environnementaux, cette compréhension est tellement profonde et rationnelle qu'elle permet de joindre la vision scientifique à la vision spirituelle, à tel point que la science moderne, en particulier dans le domaine de la physique, redécouvre les lois expliquées voici deux mille cinq cents ans par le Bouddha Shakyamouni. Mais ici, dans l'être humain corps et esprit ne sont plus séparés. Les causes réelles des énergies mentales sont clairement expliquées, de même que la façon dont elles se relient au corps et au monde extérieur. On peut donc parler réellement de PSYCHOLOGIE (science du mental) et de psychosomatique (science des liaisons du corps et de l'esprit). De plus, contrairement à d'autres systèmes médicaux voyant la cause unique des maladies dans la pathogénie extérieure ou dans le mental (ou l'esprit), la médecine tibétaine ne sépare jamais l'homme (corps-esprit) de son environnement et enseigne que seule la rencontre de ces deux facteurs peut créer la maladie. Néanmoins, si l'on considérer que le facteur intérieur (terrain) est seule cause réelle et le seul qu'il faille guérir, cela ne dispense pas de se protéger en luttant momentanément mais fermement contre les agents extérieurs.

.